Le quartier de la Confluence à Lyon est un secteur en pleine mutation dans lequel je traîne mes guêtres de photographe amateur depuis déjà pas mal de temps. En ce dimanche soir, j’aime flâner au grès de mes divers clichés, dont certains ont été pris il y a plus de 2 ans… Une éternité, vu le chemin parcouru et les nombreuses démolitions / reconstructions qui ont eu lieu depuis…

Sans avoir l’audace de parler de « rétrospective », j’avais envie de partager avec vous ces quelques photographies qui sont, pour certaines déjà, des archives d’un passé pourtant pas si lointain ;)

To be continued…

Le quartier de la Confluence en quelques mots pour les non-Lyonnais

Comme son nom le laisse entendre, le quartier « Confluent » désigne l’extrême sud de la Presqu’île de Lyon, là où la Saône se jette dans le Rhône. Le quartier s’étend globalement jusqu’à la gare de Perrache, au-delà de laquelle commence à s’étendre le centre-ville. Mais revenons à l’extrême sud, au secteur du confluent proprement dit…

Le quartier possède, en raison de son histoire, une assez mauvaise réputation : secteur populaire et ouvrier qui souffre de la présence de la prison de Perrache et de la prostitution qui y est fréquente. Bien que tout proche du centre ville, la Confluence en est globalement isolée (peu de moyen de transports en commun jusqu’à la prolongation du tramway en 2005, gare sncf, nœud routier)

Photographie Lyon - Quartier Confluence

Puis, au fil des ans, le quartier de la Confluence de Lyon est devenu le centre d’un projet urbain d’envergure. La première partie des travaux a été inaugurée par Gérard Collomb il y a quelques mois. Le musée des Confluences (sciences naturelles et ethnologie) devrait normalement enfin voir le jour. Et, les bâtiments de la Sucrière sont à l’honneur tous les 2 ans en tant que lieu d’exposition privilégié de la biennale d’art contemporain de Lyon.

Tout cela en fait l’un des quartiers les plus en vogue de la ville ! Et le renouveau du bâti, là où les ruines industrielles et les grues sont encore légion, constituent un paradis photographique pour qui apprécie l’exercice de la photo d’architecture.