Suite et fin de ce défi photo, j’aurai quand même tenu 6 mois ! J’aurai essayé, mais juin en aura sonné le glas.
Attention, c’est la fin, mais pas un échec, non… Plutôt un nouveau départ. Comme je le craignais et je l’évoquais dès janvier, ce qui m’a déplu dans le défi 365, c’est la tentation de tomber dans la facilité. Belle intention que de vouloir se surpasser chaque jour en s’efforçant de prendre une photo. Cependant, certains beaucoup de jours se ressemblent, et même en essayant très fort, il est très difficile de ne pas niveler vers le bas au saint prétexte de prendre une photo par jour. Alors oui, on feinte un temps, on se force, on change de trajet le matin, on prend en photo les objets qu’on affectionne, sa tasse de thé, le livre qu’on est entrain de lire, mais ça ne dure qu’un temps… Et est-ce réellement intéressant ? Non…

Autre écueil, pour moi en tout cas, certains jours sont une mine d’inspiration photographique : weekends ici ou ailleurs, visites, balades. Et il est frustrant de les résumer à une seule photo (ce que je ne fait généralement pas) alors que d’autres sont si répétitifs (ce qui ne veux pas forcément dire ennuyeux dans ce contexte) que non, désolée, il n’est pas possible de se renouveler, où en tout cas pas avec qualité, et certainement pas pendant un an complet.

Je ne dresse cependant pas un tableau entièrement négatif de cette expérience, bien au contraire. Comme évoqué en début d’année, mon objectif sous-jacent était aussi de me pousser dans mes retranchements, de me redonner goût et surtout l’habitude de prendre en photo ces petites choses insolites du quotidien, pour au choix juste les rendre « mémorables », c’est à dire littéralement s’en souvenir, voire les sublimer si cela est possible. Sans ce « challenge », je ne me serais pas fait violence, je n’aurai peut être pas essayé, j’aurai été moins rigoureuse.
En ce sens, le défi 365, même réduit de moitié, est une réussite ! L’envie est revenue, comme il y a quelques années. Soyons clairs, elle n’était pas très loin, mais l’emprise du quotidien avait pris le dessus !

Ce n’est pas vraiment un hasard si je lâche ce défi en juin. Cela coïncide en effet avec l’achat d’un nouveau joujou : un hybride numérique. Plus léger qu’un réflex, plus performant qu’un compact, connectable en wifi, et plein d’autres choses qui me font briller les yeux. En un mot un seul : pratique ! Ma prise de photo sera quotidienne, ou pas, mais en tout cas plus régulière que ce qu’elle a pu être.

Voilà donc pourquoi j’évoquais en début d’article un nouveau départ et non un échec !

Stay tuned !