Première quinzaine de septembre, nous sommes partis pour un road-trip de deux semaines au Canada pour découvrir un bout de l’Ontario et du Québec.
Nous nous sommes donc envolé pour Toronto avant de découvrir Niagara Falls, Ottawa, Saint Alexis des Monts, les rives du Lac Saint-Jean, Tadoussac, Québec et bien-sûr Montréal !

Retour en images pour cette première étape à Toronto en Ontario, la plus grande ville du Canada mais aussi la plus peuplée et l’une des plus cosmopolite du globe (le terme melting-pot y aurait été inventé et conceptualisé).

Qu’est-ce qu’on voit à Toronto ?

Tout d’abord, des buildings… Vue de l’Europe, Toronto est la plus américaine des canadiennes, ce qui n’est pas complètement faux mais qui n’est pas complètement juste non plus. Mais on doit bien reconnaître que ses nombreux buildings renvoient un peu l’image de ville « type » d’Amérique du Nord. Ce n’est pas pour rien que la cité est régulièrement choisie comme lieu de tournage de séries et films (Orphan Black notamment, mais aussi le film Chicago. Et oui !).

Pour ces mêmes raisons, Toronto peut rebuter. Parmi mes amis et connaissances qui m’avaient précédés dans sa visite, j’ai eu les deux sons de cloches : « Tu vas adorer…« , « Tu vas détester…« .

Verdict : je me reconnais plutôt dans le premier camp : la ville est une mégalopole, mais dans laquelle j’ai trouvé une certaine douceur, une incitation à la flânerie et à la découverte des différents quartiers vraiment très hétéroclites ! Sur ce point, mention spéciale à l’Office du Tourisme qui prolonge l’identité de ses quartiers sur ses plans via un code couleur astucieux. Comparons ce qui est comparable, mais en tant que lyonnais, on retrouve un peu à Toronto cette différence marquée entre les quartiers de la ville, ce qui en décuple encore plus son charme.

Outre les building, on y voit également une urbanisation qui peut sembler anarchique matérialisée par une multitudes des petites bicoques en bois, retapées, ou au bord de l’effondrement. En me promenant dans les rues hétéroclites de Toronto, je repensais sans-cesse à la BD Seconds de Brian O’Malley que j’avais dévoré un an auparavant.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Qu’est-ce qu’on fait à Toronto ?

Comme évoqué, en un jour et demi sur place seulement, je ne pourrais pas être exhaustive : mes visites sont un parti pris de touriste qui voulait optimiser son temps. La ville est très étendue et simplement parcourir le centre à pieds sur une journée, peut s’avérer éprouvant. Yonge Street qui traverse la ville du nord au sud est même inscrite au Guinness Book comme étant la rue la plus longue du monde !

Centre et Ward’s Island

Après avoir lu les conseils d’Anne-Laure, nous avons pris le Ferry à Jack Layton Ferry Terminal afin de nous rendre sur ces fameuses îles qui font face à la ville et qui permettent d’encore mieux la contempler.

Des petites maisons de villégiatures colorées construites après-guerre aux rives du lac Ontario, nous avons vraiment apprécié cette promenade hors du temps.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Visite de la CN Tower

Si une visite est vraiment un incontournable et hors de prix de Toronto, il s’agit bien de la visite de la CN Tower (533,33m).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Qu’est-ce qu’on mange à Toronto ?

En moins de deux jours sur place, nous n’avons malheureusement pas eu le temps d’approfondir ce sujet mais je pense que c’est l’une des ville où on peut le mieux manger au Canada. Le plus mal aussi ceci-dit, si l’on ne prends pas la peine de chercher. La mauvaise junk-food est présente à tous les coins de rue… Mais les bonnes odeurs de toutes les spécialités du monde aussi ! Je suis donc convaincue que c’est une ville qui se découvre et s’apprivoise en particulier sous l’angle culinaire !

Road-trip au Canada :

1. Etape 1 > Toronto

2. Etape 2 > Niagara Falls