Les japonais n’ont pas attendu les déferlantes Twilight et True Blood pour nous servir du vampire ! Ces êtres de la nuit sont, au pays du soleil levant (huhu), particulièrement appréciés. La culture nippone se mélange au romantisme gothique victorien tout droit inspiré de la vieille Europe en ces personnages, tantôt démoniaques, tantôt prisonniers de leur condition d’immortels. Quitte à casser notre conception du vampire ! Dracula et les chauves-souris au placard…

Des bijoux d’esthétisme et de poésie (parfois, mais pas nécessairement sanglants) sont à découvrir…

Hellsing par Kōta Hirano

Hellsing

Manga érigé en quelques années au rang de classique, Hellsing est un must-have. Notamment en raison de son charismatique héros : j’ai nommé Alucard ! Action soutenue, références historiques et trait sanglant ! Ce manga n’est pas forcément à mettre entre toutes les mains (cela donnerait raison aux détracteurs de mangas :p). L’anime tiré du manga est souvent décriée, néanmoins, je recommande vivement son OST !

Blood par Hiroyuki Kitakubo

Blood

Fait suffisamment rare pour être noté même si cela reste fréquent : Blood fut un anime avant d’être un manga ! En 2009, un film a également été tiré de l’histoire originale. A l’instar de Hellsing, Blood est devenu un classique du genre. Classique nippon certes, mais qui tranche avec notre conception européenne du vampire. Pour preuve, l’histoire se déroule dans un Japon post-seconde guerre mondiale avec pour toile de fond la guerre du Viêt Nam qui s’apprête à éclater. Fait encore plus étrange : le héros n’est pas un séduisant vampire masculin millénaire cherchant à séduire de la fraîche donzelle, mais est au contraire une jeune fille à l’apparence d’une frêle lycéenne.

Vampire Chronicles par Yuri Kimura

Vampire Chronicles

Avec Vampire Chronicles, on s’approche encore d’un autre genre : l’Heroïc Fantasy. La description faite par son éditeur français ki-oon :

Le mythe du vampire revisité par Square Enix !
Un manga fascinant aux rebondissements multiples, entre amours impossibles et haines millénaires…

Plus proche du manga traditionnel, Vampire Chronicle retrace l’épopée d’un roi vampire qui recherche son épouse, de combats en combats, de régions en régions… Cette œuvre a un petit côté Basilisk qui n’est pas pour me déplaire !

Blood Alone par Masayuki Takano

Blood Alone

Une petit shojo édité par ki-oon qui se lit tout seul ! Le trait soigné et léché n’est pas sans rappeler les ouvrages de Ken Akamatsu (Love Hina, Negi Ma…). Le point qui tranche avec les autres mangas (et histoires) de vampires est que l’héroïne est très jeune. Cela dans tous les sens du terme : c’est une adolescente de corps mais aussi d’esprit puisque sa transformation ne date que de quelques mois. Éclat de vie (mort ?), vampires enfants kawaii mais nostalgiques, magie et jolis dessins, Blood Alone est peut-être bien un de mes mangas préférés pour sa fraîcheur. Quel dommage que les sorties des différents tomes soient si espacées :(

Vampire Knight par Matsuri Hino

Vampire Knight

D’abord un manga, puis un anime, Vampire Knight retrace la vie d’une école un peu particulière ! Étudiants humains et étudiants vampires cohabitant secrètement dans la même académie : les humains en classe de jour et les vampires en classe de nuit. Successeur des « séries de lycée », très très appréciées au Japon (et en France du temps du Club Do : Ranma 1/2, un collège fou fou fou etc. etc.) Vampire Knight donne un souffle nouveau au genre en y intégrant des créatures nocturnes.

Cette liste est loin d’être exhaustive tant le mythe du vampire a la cote au Japon. To be continued…