Ce n’était un secret pour aucun de nous deux alors excuse moi d’être franche, tu vivais ta vie par procuration, à travers moi. Je l’ai toujours su et accepté sans broncher. Je t’ai donné volontairement les adresses des sites où je publiais, parfois faisant mine de ne pas apprécier que tu me stalkes or je savais que jamais tu ne me jugerai, bien au contraire. C’était une façon pour toi d’être heureux que de savoir que je vivais ma vie pleinement.

Tu étais donc mon plus fidèle lecteur. Parfois, faussement accusateur, tu me disais « Alors tu ne m’as pas appelé cette semaine ! Je m’en fiche je savais que tu allais bien car j’ai vu que tu avais publié de nouvelles photos« .

D’autres fois encore tu me disais « Alors ce nouveau resto, il avait l’air bien dis donc, j’ai vu ton article sur Lyon69 !« .

Il n’y a pas si longtemps, je t’avais laissé l’adresse de mon profil Yelp mais je crois bien que tu n’y es jamais allé. Tu commençais à être très fatigué.

Ce blog est certes un blog personnel mais je n’ai pas pour habitude d’y raconter ma vie dans le détail, après tout nous ne sommes pas que tous les deux. Cependant j’ai besoin de t’adresser ce message, toi qui a toujours lu mes articles. Peut être que tu le peux encore de là où tu es (bien que je ne sois vraiment pas certaine que tu sois réellement quelque part). En tout cas j’aime à le croire. Même si c’est dur de continuer à avancer, que je ne peux pas aller dans un lieu sans me dire que zut je ne pourrais plus te raconter ce que j’ai mangé ou encore comment ce concert était chouette. J’ose espérer que la douleur va s’atténuer et que je pourrai penser à toi en rigolant des bons souvenirs, sans penser au futur que nous n’aurons plus ensemble.

Je veux être forte pour toi et continuer à vivre une vie pleine pour que tu sois heureux à travers moi.

Papa, tu me manques chaque seconde, je t’embrasse…