Il est un tord que nous autres européens commettons souvent : celui de confondre comics et bandessource : torontoist.com dessinées américaines ! Les auteurs américains produisent des BD riches et variées dans lesquelles il n’est pas forcément question de super héros.

C’est par exemple le cas de Joe Matt qui nous dresse dans ses divers ouvrages une autobiographie cynique, tour à tour drôle ou pathétique, tout cela à des degrés différents selon les tomes.

Nous sommes des milliers à avoir été traumatisés par Les Confessions de ce cher J-Jacques Rousseau pour le bac de français, mais svp ne partez pas écœurés tout de suite :D

Joe Matt, est né en 1963 à Philadelphie, il vécu au Canada (Montréal et Toronto) et est actuellement installé à Los Angeles.

Il est l’auteur de recueils de BD nommés « Peep Show » publiés en France sous les noms :

  • Strip-Tease : un must-have ! Le plus dense des ouvrages de Joe Matt publiés en France à ce jour ! Les thèmes abordés sont variés : copines, Trish, déménagement au Canada, addiction aux comics et aux goodies, famille etc. Le plus truculent de ses albums !
  • Les Kids : comme son nom l’indique, cet album est consacré à son enfance et à la source du mal comme qui dirait !
  • Épuisé : très franchement, l’ouvrage de Joe Matt qui m’a le moins plu. Très glauque, et centré sur sa solitude sexuelle…
  • Le pauvre type : légèrement dans la même veine que le précédent, mais plus drôle et plus facile à lire ;)

Joe Matt y raconte sans complaisance sa vie quotidienne et notamment ses travers : sa radinerie, son addiction à la pornographie, sa tendance à la procrastination, mais aussi son enfance avec une mère exagérément catholique, les rencontres, disputes et ruptures avec ses petites amies, et tout le reste, même ce qu’on préfèrerait ignorer…

[amazon-slideshow align= »center » height= »280″ width= »336″]4e180c09-af64-4d85-8928-968f94b4197e[/amazon-slideshow]

Ses récits nous plongent dans une position de voyeur bien dérangeante mais là est l’attrait de ses bédés : tantôt on adore et on comprends ce fameux Joe, mais bien souvent aussi on le déteste et on le trouve profondément pathétique. Dans tous les cas, il est difficile de lâcher sa lecture en cours de route !