Je récidive ! Vous vous souvenez de mon premier article consacré aux ouvrages qui m’ont marqué ? Et bien c’est reparti pour un tour :)

Roy Lewis, Pourquoi j’ai mangé mon père

Ouvrage purement désopilant (humour britannique ?). La préhistoire nous est comptée par des hominidés étrangement affables. Le tonton réac ne veut pas descendre de son arbre, le petit original s’amuse à gribouiller la grotte, un autre découvre la cuisson des aliments. Mais pourquoi le héros a-t’il mangé son père alors ?

Plus pragmatiquement, cet ouvrage écrit dans les années 60 n’est pas un ouvrage scientifique sur le Pléistocène mais bien une critique de notre époque contemporaine (comme Silex and the City de Jul d’ailleurs).

Michelet, Des grives aux loups

Un roman régionaliste lu en 4ème qui m’a durablement marqué. Peut-être simplement parce qu’il se déroule à quelques 10aines de kilomètres de mon lieu de naissance. Un jour je lirais la suite (ou pas).

Michel-Aimé Baudouy, Le maître du salon noir

Lu en 6ème celui-ci, en cours de français alors que nous étudions le Paléolithique en histoire et que nous préparions notre visite à Lascaux. C’est grossomodo à ce moment là que j’ai décidé des études que je ferai 8ans plus tard. Un livre de littérature jeunesse, certainement bourré d’anachronismes et d’incohérences mais qui est gravé dans ma mémoire. Je me souviens encore de sa couverture satinée jaune pâle, de la texture des pages, de la taille de la typo…

Fred Vargas, Sous les vents de Neptune

Encore un ouvrage écrit par une archéologue, mais qui ne traite pas d’archéologie ;)

L’auteure, archéozoologue au CNRS de son état, écrit des « rompol » sur son temps libre. Les aventures du commissaire Jean-Baptiste Adamsberg, anti-héros attachant et déconcertant sont captivantes. Sous les vents de Neptune, sorti en 2004, est le premier que j’ai lu (peut-être à tord puisque je me suis spoilée sur certains perso du coup) mais c’est aussi celui que je préfère.

Éric-Emmanuel Schmitt, La part de l’autre

Et si le jeune Adolf H. avait été reçu aux Beaux Art ? Chassé croisé entre la vraie vie du dictateur et celui qu’il aurait pu être… Troublant.

Philip Pullmann, A la croisée des mondes

Trilogie fantastique dévorée en quelques jours. Si vous aimez les ambiances « Steampunk » et que vous ne méprisez pas la littérature enfantine, foncez !

Émile Zola, Au bonheur des dames

Un classique off course, lu sur le tard mais oh combien apprécié ! Mon attrait pour la période de la révolution industrielle sans doute !

Jean Cocteau, La machine infernale

Pas de Juliette Shakespearienne pour moi mais le rôle du Sphinx dans La machine infernale de Cocteau… Telles étaient mes velléités d’actrice lorsque j’avais 16ans…

Au-delà de ça, si vous aimez les mythes antiques remaniés à la sauce contemporaine, La machine infernale est un must-have :)

Anonyme, L’herbe bleue

Journal intime d’une jeune toxicomane de 15 ans écrit dans les années 70… L’ayant lu à 15ans, ce journal m’a de fait marqué (projection toussa toussa). Ce n’est que bien plus tard que j’ai appris qu’il avait en réalité été écrit par une psychologue de confession mormone…Il parait qu’on a les références qu’on mérite… J’espère que cela est faux  :D

Christian Goudineau, Par Toutatis

Parce que si vous ne devez lire qu’un seul livre qui traite d’archéologie (et je dirais même plus, d’archéologies gauloise et romaine) ce doit selon moi être celui-ci. Parce que vulgarisation scientifique ne rime pas forcément avec simplification et raccourcis. Parce que Christian Goudineau. Parce que j’aime la narration sous forme de dialogue, le découpage des chapitres et aussi le brin de science fiction dans l’approche des sites ! Et puis zut, je m’en vais le relire… ;)

[amazon-slideshow height= »200″ region= »fr » width= »642″]32f6615c-ff12-4e16-90eb-7ad4d47822cc[/amazon-slideshow]Mes pairs et mes maîtres passés hurleraient de douleur s’ils me voyaient ériger au même rang Zola, Pullman, Goudineau, l’Herbe Bleue, Vargas et Michelet, mais je vous avoue que c’est le cadet de mes soucis ^^

Enjoy :)