C’est un peu étrange de recommencer à écrire ici comme si de rien n’était… Il va de soi que nous sommes tous profondément bouleversés par les événements des derniers jours. Je reconnais modestement n’avoir rien de plus profond ou intelligent à écrire que d’autres à part que je partage la tristesse collective.  Aussi, je ne vais pas m’étendre d’avantage sur le sujet mais enchaîner rapidement sur l’objet de ce billet. Un billet léger qui pourra je l’espère aider à occuper des heures de détente. Même si les oeuvres présentées plus bas ne nécessitent pas forcément de débrancher son cerveau, loin s’en faut.

Cela faisait un petit moment que je ne m’étais pas prêtée à l’exercice alors c’est reparti pour un tour pour une liste non-exhaustive des choses vues et lues et ayant retenues mon attention ces derniers mois.

Doctor Who, Russel T. Davies

★★★★★★

Doctor WhoGrâce à Netflix, j’ai rattrapé les 7 premières saisons de la 2e série Doctor Who en quelques semaines.

J’ai mis du temps à m’y mettre car, d’une il y avait beaucoup d’épisodes à rattraper, de deux, la série, du peu que j’en avais vu, me semblait grotesque. Le 1e point était effectivement vrai. Le 2e pas vraiment, mais un peu quand même, c’est vrai que c’est kitsh, mais c’est british, et c’est donc un peu voulu aussi donc. S’il est vrai que les effets spéciaux s’améliorent au fil des saisons, certains décors / costumes semblent volontairement cheap pour s’adapter à une certaine forme d’humour, enfin je suppose ;)

Une bien bonne surprise et une série indispensable si l’on veut comprendre un peu mieux une facette de la culture populaire britannique ! Rappelons que cette série est le show de SF le plus long de l’histoire, diffusé depuis plus de 50 ans sur les écrans de la BBC. De plus, le TARDIS, la fameuse cabine téléphonique de police qui sert de vaisseau au docteur est, pour les anglais, et a fortiori tous les autres, un symbole de la série Doctor Who et plus du tout de la Police !

Interstellar, Christopher Nolan

★★★★★☆

InterstellarInterstellar est l’un des grands succès de cette fin d’année 2014. Je n’avais rien lu à son sujet par manque de temps, et ce n’est parfois pas plus mal de ne pas être influencée, j’ai vraiment beaucoup apprécié !

Les effets spéciaux sont somptueux, mais ce ne sont pas eux qui portent le film, fait suffisamment rare pour être souligné dans la SF ! Au fond ce qui compte dans Interstellar c’est bien les histoires humaines, les liens entre les différents personnages, le dénouement. Presque un conte moderne à base de bibliothèques, de cosmonautes et d’enfants pas toujours sages :)

L’arabe du futur, Tome 1, Riad Sattouf

★★★★★★

L'Arabe du futur tome 1Riad Sattouf, tout le monde le connait ou presque, Pascal Brutal c’est lui, Les aventures du pauvre Jérémie c’est lui, le film Les Beaux Gosses c’est lui, mais c’est surtout La vie secrète des jeunes.

Séquence confession : je ne suis pas fana de Riad Sattouf. J’ai pensé aimer pendant longtemps, mais quand je relis ses ouvrages quelques années plus tard, je trouve qu’ils ont mal vieillis. Bref, ce n’est pas la question, j’aime beaucoup les (auto)biographies d’une manière générale et encore plus en BD, alors L’arabe du futur ne pouvait que m’interpeller.

Riad Sattouf, moitié français breton, moitié syrien nous y conte les premières années de son enfance entre la France, la Lybie et la Syrie où la petite famille suis le père au gré de ses postes d’enseignant. Il nous raconte les différences culturelles entre l’occident et l’orient et, de fait, entre ses deux familles et les anecdotes de son enfance. Bref, comme il le dit lui-même non sans ironie, c’est l’histoire d’un enfant blond dans la Lybie de Khadafi et dans la Syrie d’Hafed Al-Assad.

Caustique à souhait.

L’armée furieuse, Fred Vargas

★★★★☆☆

L'Armee furieuseJe suis une grande amatrice de Fred Vargas, archéozoologue de profession, elle a une plume particulière, plus humaine que les autres auteurs de polars. Son rapport à l’Histoire et aux histoires me rendent ses ouvrages irrésistibles. C’est toujours avec grand plaisir que je retrouve le commissaire Adamsberg, le pelleteur de nuages, mais aussi le taciturne Danglard, la déesse Violette Retencourt et tous les autres.

L’armée furieuse n’échappe pas à la règle. On retrouve ici la Normandie profonde et ses superstitions à l’instar de l’armée furieuse, la grande mesnie, directement tirée d’un univers médiéval fantastique et fantasmé. Les personnages sont variés, torturés et soignés par Fred Vargas. Un régal.

C’est toujours bien écrit et fluide. Cet ouvrage, je ne saurai dire pourquoi, m’a rappelé les débuts de la saga. Peut-être est-ce du à l’arrivée de nouveaux personnages, comme Zerk, qui donnent un nouveau souffle à l’ensemble.

Nos étoiles contraires, John Green

★★★☆☆☆

Nos étoiles contrairesJ’ai fait comme beaucoup de monde, j’ai lu le livre et j’ai vu le film. Je ne vais pas mentir, ce qui m’a « attiré » (excusez l’emploi de ce verbe) dans Nos étoiles contraires, c’est le sujet principal : le cancer et le traitement qui en est fait. Cependant, après lecture et visionnage, ce qu’il ressort, ce n’est pas tant la maladie mais l’histoire d’amour de ces 2 ados. Ils sont malades certes mais ils restent des ados, pas aussi insouciants qu’ils pourraient l’être mais des ados quand même. Faut-il le préciser, c’est un livre pour ados également. Je ne critique pas, je constate et j’assume !

Si, pour ma part, je savais déjà qu’il ne fallait pas, surtout pas, jamais, sous aucun prétexte, résumer un malade à sa maladie, j’espère sincèrement que cet ouvrage permet de faire comprendre cette idée au plus grand nombre.

Un monde idéal où c’est la fin, J. Heska

★★★☆☆☆

Un_monde_ideal_ou_c_est_la_finUn monde idéal où c’est la fin est un ouvrage de nouvelles de pas plus de 4 pages chacune. Comme le titre vous l’annonce, chacune décrit une fin du monde différente, tantôt ridicule, tantôt tragique, mais très souvent un peu drôle aussi. Je ne l’ai pas lu d’une traite, mais j’ai apprécié lire une ou deux nouvelles de temps à autres entre deux ouvrages plus longs.

Ce que j’ai particulièrement apprécié c’est le fait de me sentir en synergie avec l’auteur : il est français, a à peu près mon âge, et a par conséquent à peu près les mêmes références culturelles que moi. Ainsi, quand il parle de chatons trop mignons en 1e ligne, ou de toute autre référence à la SF, à l’histoire contemporaine ou aux Internets, je le comprends à demi-mot, ça m’amuse et c’est chouette :)

Touriste, Julien Blanc-Gras

★★★★☆☆

TouristeTouriste c’est l’autobiographie d’un mec qui veut visiter tous les pays du monde. De l’Amérique du Sud au Nord de l’Angleterre en passant par l’Asie du Sud Est, et la Suisse… Les anecdotes se succèdent. A lire en voyage ou sur le départ, ça doit être encore plus plaisant !

Difficile à résumer, il s’agit d’instantanés de voyages, pas forcément racontés chronologiquement d’ailleurs, mais avec un style très fluide, presque parlé, ce qui rend l’ensemble très agréable à lire. L’auteur nous donne l’impression d’être un vieux pote. Je recommande chaudement à tous les amateurs de voyages, ça risque par contre de vous donner la bougeotte ;)

The Leftovers, David Lindelof & Tom Perrotta

★★★★☆☆

The LeftoversDes séries vues ces derniers mois, The Leftovers (tiré du roman éponyme) est l’une de celles qui m’a le plus marqué. Soyons clair, j’ai peur que la 2e saison finisse en eau de boudin comme c’est souvent le cas avec ce genre de série. Mais la saison 1 est à voir et peut se suffire à elle-même si on aime les fins ouvertes.

Le pitch :  2% de la population de la Terre disparait sans explication. L’intrigue se déroule 3 ans après : il y a ceux qui ont recommencé à vivre leur vie, tant bien que mal, il y a ceux qui luttent, il y a ceux qui ont changé, ceux qui s’en fichent (ou qui ne se sentent pas concernés), il y a ceux qui s’habillent en blanc qui ne parlent pas et qui fument (mais pourquoi ????). Bref, ce n’est pas une histoire mais des histoires. Le tout porté par un pattern musical mélancolique à souhait.

Black Mirror, Charlie Brooker

★★★★★★

Black MirrorCet article débute et se clos par une série anglaise et c’est parfait comme ça !

Black Mirror est un ovni de seulement 2 saisons de 3 épisodes chacune + un épisode spécial de 90 minutes diffusé pour Noël 2014. Chaque épisode peut être pris individuellement car ils ont chacun un casting et un scénario différent. Le seul lien entre les épisodes sont les dérives des « progrès » technologiques et/ou des médias ainsi que les dilemmes moraux qui accompagnent ces évolutions. Un sujet qui a une résonance toute particulière au vu des événements des derniers jours.
De la SF donc, mais qui semble tellement plausible et réaliste que ça fait froid dans le dos. Le fait de travailler dans les nouvelles technologies n’a fait, je suppose, qu’accroitre mon malaise lors du visionnage. Si vous ne deviez retenir qu’une chose de cette liste, j’espère que ce sera Black Mirror !

Et vous, quelles sont vos découvertes des dernières semaines ?