Presque un an après mon article sur les 1ers geeks, je continue cette chronotypologie geek, trop longtemps laissée à l’abandon !

Certes, aujourd’hui le geek est à la mode, à tord ou à raison, l’heure n’est pas au débat.

Les séries TV de ces dernières années, à l’instar de The Big Bang Theory ou Chuck, dressent un tableau plutôt valorisant des geeks et nerds divers. Nous y reviendrons. Pour l’heure, souvenons nous que cela n’a pas toujours été le cas. Dans les séries TV des années 80-90, il y avait toujours un nerd ! Attachant certes, mais clairement craignos et dont le rôle était surtout d’attirer la petite dose de pathos nécessaire à toute comédie américaine qui se respecte mais aussi de mettre en valeur les personnages principaux grâce à des retournements comiques. Ce bon vieux nerd des séries TV des années 80 subissait sa condition de tête d’ampoule, féru de sciences, de nouvelles technologies, amateurs de gadgets certes, mais surtout freak. Le geek de fiction des années 80 est plus proche de la définition originelle du geek.

Rien de glamour hein, le terme geek n’est pas spécialement valorisant à la base, même si nous somme nombreux en 2010 à l’oublier ou à en jouer volontairement (moi là première avec mon nom de domaine). Dans ces séries TV des années 80, on peut même dire que les stéréotypes nerds sont justement nerds parce qu’ils n’ont pas le physique pour être quaterback. L’intellect comme échappatoire, faute de mieux. Pire, ces nerds de fictions auraient envoyé valser leurs échiquiers et auraient fait un autodafé de leurs livres de sciences pour un seul regard de la capitaine des pom-pom girls ou pour avoir un semblant de vie normale (ce qui se traduit par s’assoir à la table des gens cools).

Steve Urkel Steve Urkel, La vie de Famille

Steve Urkel, ses lunettes énormes, ses mimiques névrosées, ses bretelles et ses pantalons feu au plancher, sa voix nasillarde, son amour pour Laura Winslow et même son alter-ego séduisant (un clone créé de ses mains me semble-t’il) ! Plus stéréotypé et grossier, tu fais pas !

N’empêche, rien que pour la Urkel Dance ça valait le coup (ou pas)

Jerry Steiner, Parker Lewis ne perdJerry Steinerjamais

Vlà un autre bon vieux stéréotype nerd de derrière les fagots : lunettes, imper, passionné de sciences et de technologies, grand amateur de gadgets. Souvenez-vous de son placard !!

Génie malgré lui, toujours dans l’ombre de ses comparses Parker Lewis, le sympa, et Mikey Randall le beau ténébreux.

Samuel « Screech » Powers, Sauvé par le Gong

Samuel "Screech" PowersUn peu moins stéréotypé que les deux autres mais pas loin. Screech, c’était la dose comique de Sauvé par le Gong. Le faire valoir, malgré leur amitié sincère, de Zack Morris. Bon élève et passionné par les insectes et par les sciences, non c’est bien un geek, comme si être le « moche » du groupe ne suffisait pas !

J’aurai pu aussi vous parler des Têtes d’ampoules de Malcolm in the Middle ou encore des Zalinski père et fils de Chérie, j’ai rétréci les gosses, les descriptions auraient été identiques.

Heureusement, les nerds et geeks, éternels personnages secondaires dans les années 80-90 regagneront leurs lettres de noblesses dans les années 2000-2010 sur petit et grand écran pour notre plus grand plaisir !