Depuis le temps que l’on nous rebat les oreilles à coup de « les blogs se réferencent bien et sans aucun effort« , on avait presque fini par le croire ^^

Alors certes, je me fais volontairement l’avocat du diable, et joue un tantinet de mauvaise foi. Oui, WordPress est une plateforme qui a tous les atouts pour bien se positionner. Mais ce n’est pas pour cela qu’il ne faut pas mettre la main à la pâte et penser que votre visibilité online se parfaira toute seule ;)

Ci-dessous, les principaux points qui peuvent pêcher dans une installation WordPress « de base ».

La structure des permaliens

options des permaliens WordPress

La première chose à faire lorsqu’on installe un blog hébergé WordPress est de modifier la structure de ses permaliens. En effet, par défaut, ces derniers ont une structure ressemblant à ça :

http://www.nomdusite.fr/?p=123

Cette structure est complètement inutile en terme de référencement puisque le nom des articles (et donc des mots-clés associés) ne sont pas visibles dans l’URL. D’un point de vue ergonomique non plus, ces permaliens ne sont pas pertinents. Chapeau à celui qui arrive à se souvenir de la structure de l’URL et qui arrivera à les taper de mémoire.

Solutions

  • Opter pour une structure de permaliens contenant la date de publication :
    • Date et titre :
      http://www.nomdusite.fr/2009/08/02/titre-de-l-article/
    • Mois et titre :
      http://www.nomdusite.fr/2009/08/titre-de-l-article/

    Notons que ces permaliens numériques connaissent un regain d’intérêt depuis quelques mois. La raison est simple. La date a un côté pratique, notamment pour les sites de news et d’actu qui publient énormément. Google Actualité, comme son nom l’indique, apprécie les billets datés.

  • Opter pour une structure de permaliens personnalisée comme par exemple :
    http://www.nomdusite.fr/%category%/%postname%.html

    Pour information, c’est cette structure que nous avons choisi sur Fashion Geektim. Pourquoi ? Tout simplement parce que nous n’avons pas vocation à être un site d’actualités (même si il nous arrive ponctuellement de publier des news). Nous publions en majorité des articles froids, dont la date de publication n’a pas d’importance. Par conséquent, avoir une url « propre » sans chiffre, c’est avoir des mot-clés lisibles dans l’url sans embuches et rapidement.  Cela pour les lecteurs et pour les moteurs. C’est une façon d’aller droit au but en somme ;)

    La présence du terme /%category%/ n’est pas obligatoire mais elle permet de faire remonter un mot clé dans l’url (dans le cas où le nom de vos catégories de blogs soient pertinentes bien entendu). Cette structure personnalisée a cependant un défaut ce qui nous amène au point suivant.

N.B. : Pour pouvoir changer la structure de vos permaliens, il faut que votre hébergement supporte la réécriture d’URL. Si tel n’est pas le cas, vous pouvez toujours bénéficier des structures de permaliens citées précédemment en préfixant les exemples donnés par /index.php.

Un « category » dans les urls

Comme nous l’avons vu, l’une des solutions SEO efficace dans WordPress est d’opter pour une structure de permaliens personnalisée http://www.nomdusite.fr/%category%/%postname%.html. Ce qui donne comme syntaxe de lien pour vos catégories : http://www.nomdusite.fr/category/nomdelacategorie/.

Ce mot category dans l’url est inutile pour plusieurs raisons : le nom de la catégorie est justement annoncé juste après, il est vide de sens et allonge donc l’url inutilement ce qui est mauvais à la fois pour l’ergonomie générale du site et pour son référencement.

Solutions

  • Soit on en joue en choisissant un « préfixe » dans la configuration des permaliens. Cette astuce permet de pousser un mot clé intéressant pour le référencement de votre site si cela est possible. Le mot category sera ainsi remplacé par le mot de votre choix. Si votre blog a pour sujet des recettes de cuisine, il peut être intéressant de mettre « recette » en préfixe.
  • Soit on supprime ce « category ». Pour ce faire, il faut utiliser un plugin adéquat. Nous avons opté pour WP No Category Base mais il en existe d’autres. L’inconvénient de cette utilisation, c’est que WordPress génère des urls sans slash de fin lorsque l’URL ne se termine pas par une extension .html. Typiquement, on rencontre le cas dans les URLs des catégories et des pages (http://www.nomdusite.fr/nomdelacategorie au lieu de http://www.nomdusite.fr/nomdelacategorie/).
    Pour résoudre le problème, Mehdi nous a concocté un petit plugin de son cru : Permalink Trailing Slash Fixer.

Pas de gestion native des metas et de la balise title

Headspace 2 - Plugin SEO WordPress

Pour optimiser ses pages web et a fortiori ses articles de blog, il convient de remplir certaines balises se trouvant dans le <head> de votre html : les balises <title>, <meta name="description"> et dans une moindre mesure <meta name="keywords">. Or, l’interface d’administration de WordPress ne permet pas nativement de remplir ces champs.

Solutions

  • Encore une fois, les plugins viennent à la rescousse : les 2 plus connus sont All in One SEO Pack et HeadSpace2. L’un comme l’autre de ces plugins SEO nous permettent de renseigner les meta et title pour chaque article (ou page). Ils proposent également d’en automatiser la gestion.
  • Utiliser les champs personnalisés. Il faut cependant avoir des connaissances de l’API qu’offre WordPress pour en faire bon usage dans vos thèmes.

Attention au duplicate content

Vous êtes vous déjà demandé combien d’urls différentes, dans WordPress, peuvent mener au même article et donc au même contenu ? Il peut y avoir la page d’accueil, la page de l’article, la page catégorie (voire les pages catégories), les pages de tag, les pages d’archives par date, les pages d’archives par auteurs etc. Votre contenu est ainsi dupliqué sur chacune de ces pages et ce n’est pas forcément celle que vous souhaitez (celle de l’article) qui remonte dans les moteurs de recherche.

Pire, le Duplicate Content comme on dit dans le jargon peut avoir une mauvaise influence sur votre référencement. Une duplication de contenu interne à un site est certes moins grave qu’une duplication sur 2 noms de domaines différents, il n’empêche qu’il vaut mieux éviter de s’éparpiller et de dupliquer ses sources.

Solutions

  • Ne pas afficher la totalité de ses articles sur la page d’accueil ou dans ses archives.
    Pour ce faire, vous pouvez personnaliser votre thème WordPress afin de n’afficher qu’un extrait de vos articles. Vous pouvez également utiliser la balise <!--more--> directement dans vos articles pour couper votre article à l’endroit souhaité. Enfin, vous pouvez vous servir de la fonction « extrait » (ou excerpt) qui affichera votre résumé, ou à défaut les 55 premiers mots de vos billets.Toutes ces solutions contraindront le lecteur à cliquer sur un lien pour lire la suite.
  • Désactiver l’indexation des archives inutiles (par date, par auteur, par catégories…).
    Pour cela, créez un fichier robot.txt qui interdira l’indexation des archives aux crawlers. Il vous faudra le déposer à la racine de votre site mais, surtout, pensez à l’actualiser dès qu’une nouvelle catégorie, tag, date, etc sera ajouté. La tâche est vite fastidieuse…
    L’extension Robots Meta remplit sensiblement le même rôle en ajoutant une balise meta robots dans l’en-tête des pages dont l’indexation doit être désactivée.
  • Indiquer quelle est l’url « canonique » de votre article. Encore une fois, des plugins de WordPress gèrent cela très bien : All in One SEO Pack ou Canonical URL’s.

Autres plugins intéressants pour le référencement naturel d’un blog WordPress

  • Pour votre maillage interne de liens, installez un plugin de pagination, il en existe des dizaines.
  • Pour le maillage toujours, vous pouvez mettre en place un fil d’Ariane avec le plugin Breadcrumb Nav XT.
  • Dernier plugin utile au maillage de liens internes : Related Post, ce dernier suggère à l’internaute de lire des articles similaires (la sélection se fait en fonction des tags utilisés). En outre, ce plugin est conseillé si vous souhaitez diminuer votre taux de rebond.
  • Enfin, le plugin Google XML Sitemap permet, comme son nom l’indique, de générer le fameux plan de site (sitemap) cher à Google et consorts.

Pour finir, une petite vidéo marrante pour vous prouver qu’on s’éclate dans le SEO o//

Merci à Maolazo pour la découverte ^^